Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Île-de-France, Saint-Denis, cloître

Cl. 19051

Chapiteau double

Île-de-France (?), Saint-Denis (?), 2e tiers du xiie siècle

Pierre
H. 26 ; L. 42,5 ; Pr. 24,5 cm


Historique

Provenance inconnue (cloître de l’abbatiale de Saint-Denis ?). Affecté au musée de Cluny puis inventorié en 1912.

Études et restaurations

Restauration par Gérald Pestmal en 1985.


Commentaire

Sur des astragales en tore, les deux corbeilles circulaires s’évasent et se rejoignent pour former un rectangle soutenant un abaque très découpé, profilé d’un bandeau sur un grain d’orge. À l’aplomb des angles se tient une grande feuille dérivée de l’acanthe, à la nervure ornée d’un bandeau vertical perlé. En dessous se trouve un deuxième rang de feuilles qui s’enroulent en volutes affrontées aux angles. Sur le côté principal, on trouve sur une face deux feuilles d’acanthe sans nervure perlée, quand l’autre face portait une tête dont ne subsistent que le départ des mèches et une bouche tirant la langue au-dessus de deux petites feuilles d’acanthe. Ce chapiteau est très mutilé, l’astragale a presque entièrement disparu, le décor des grands côtés est très endommagé, et un seul angle est conservé.

La force et la précision de la taille, la richesse du décor restent perceptibles malgré l’état de détérioration avancée de ce chapiteau. Anne Pingeot avait rapproché ce dernier de deux autres, l’un provenant de Notre-Dame de Paris et conservé au Louvre1, l’autre dans l’une des chapelles rayonnantes de Saint-Germain-des-Prés. Il nous semble qu’il est plus proche, dans des dimensions certes très inférieures, d’un chapiteau du chevet de cette dernière abbatiale, mais aussi des tailloirs provenant du cloître de Saint-Denis conservés aux Louvre2. Outre le même vocabulaire décoratif, on y retrouve la même vigueur dans le traitement des feuilles d’acanthe. Ce n’est pas là un travail suffisamment original pour que l’on puisse vouloir y reconnaître le même atelier, mais l’on se trouve néanmoins dans un esprit assez similaire. Il est en outre frappant de constater que les dimensions de ce chapiteau, quoique assez mutilé, sont très proches de celles des chapiteaux doubles du cloître de Saint-Denis (voir ici les chapiteaux Cl. 18925 a et b), ce qui peut amener à formuler l’hypothèse d’une telle provenance pour celui-ci.

1. RF 1001. Baron, 1996, p. 73.

2. RF 498 et 499. Baron, 1996, p. 66.


Bibliographie

  • Anne Pingeot, La Sculpture décorative sur pierre de 1137 à 1314 déposée au musée de Cluny, thèse de doctorat, École du Louvre, dactylographié, 1974, p. 323.
  • Xavier Dectot, Musée national du Moyen Âge – Thermes de Cluny, Catalogue, Sculptures des xie-xiie siècles. Roman et premier art gothique, Paris, RMN, 2005, no 73.
  • Françoise Baron, Musée du Louvre, département des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes. Sculpture française, t. I, Moyen Âge, Paris, RMN, 1996.

Index

Désignation : Chapiteau double
Matière : Pierre
Technique : Sculpture
Sujet iconographique : Homme
Motifs décoratifs : Acanthe ; Palmettes ; Raisin
Période : XIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=1073



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue