Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Plailly

Cl. 18750 (Cl. 2342)

Retable : scènes de la vie de la Vierge

Plailly (Oise), vers 1320-1330

Calcaire sculpté
H. 68 ; L. 210 cm


Historique

Provient de l’église Saint-Martin de Plailly (Oise). Mutilé au xvie siècle. Retrouvé lors de travaux dans l’église avant 1854. Don de l’abbé Maillart, curé de Plailly. Inventorié en 1854 puis en 1912.


Commentaire

Une vaste dalle rectangulaire est encadrée, sur trois côtés, par deux tores séparés par une gorge où s’épanouissent des fleurs circulaires à quatre pétales entourant un gros pistil bombé et, sur le quatrième, par un tore légèrement écrasé. Dans l’espace ainsi déterminé se déroulent trois scènes successives, de dextre à senestre : l’Annonciation, la Visitation et la Nativité. Les drapés sont très étudiés, parfois très fins, pour la figure de saint Joseph par exemple, d’autres fois au contraire très travaillés, en un subtil effet de froissé pour la Vierge de la Nativité, en une série de cuillers se terminant par l’esquisse d’un pli à bec pour sainte Élisabeth et la Vierge de l’Annonciation, en longs plis tuyautés accompagnant un hanchement prononcé pour la Vierge de la Visitation.

Ce retable est traditionnellement attribué, depuis Haraucourt et Montrémy, 1922, à un atelier parisien de la seconde moitié du xive siècle, et c’est cette attribution que reprenait encore récemment Dominique Vermand dans son étude sur l’église de Plailly. Un examen attentif nous semble inciter à des conclusions légèrement différentes. La position de la Vierge de la Visitation, tout d’abord, est très caractéristique. Son hanchement très marqué, version exaspérée du positionnement de la Vierge de la Sainte-Chapelle qui n’est pas sans rappeler les Vierges Folles de la cathédrale de Bamberg, trouve de proches pendants au tombeau de Robert de Putot, abbé de la Trinité de Fécamp mort en 1326 ou dans le supposé archange Michel du revers de la façade du portail des Libraires de la cathédrale de Rouen.

D’autres parallèles intéressants peuvent être dressés avec ce même revers de la façade du portail des Libraires. Ainsi, le drapé du manteau de la Vierge de l’Annonciation de Plailly rappelle celui de l’Élisabeth de Rouen, et l’on retrouve la retombée du manteau en plis tuyautés de cette dernière sculpture sur la Vierge de Visitation de Plailly. Même si l’on accepte la datation tardive de ce revers de façade proposée par Marcus Schlicht, 2005, p. 289, ce type de travail ne saurait être postérieur à la décennie 1330. De plus, ces parallèles sont suffisamment troublants pour que l’on puisse se demander si, plutôt que du côté des sculpteurs parisiens, le commanditaire du retable de Plailly ne s’est pas tourné vers un artiste normand ou, en tout cas, connaissant particulièrement bien la sculpture de la basse vallée de la Seine (la position à la fois appuyée et un peu grêle de la Vierge de l’Annonciation n’est pas sans évoquer l’œuvre de Guillaume de Nourriche à Jumièges ou son apôtre de Saint-Jacques-de-l’Hôpital). Malheureusement, rien dans l’état actuel de l’église de Plailly ne permet de confirmer ou d’invalider cette hypothèse d’une source normande, l’église actuelle ayant été construite, à en croire l’étude de Dominique Vermand, pour l’essentiel vers 1170 et au début du xiiie siècle, avec des remaniements au xviie siècle.

La tête de tous les personnages, sauf celle de sainte Élisabeth, a été supprimée, au xvie siècle si l’on en croit le témoignage de l’abbé Maillart (archives du musée).


Bibliographie

  • Edmond Du Sommerard, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Hôtel de Cluny, 1883, no 238.
  • Edmond Haraucourt et François de Montrémy, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue général, t. I, La pierre, le marbre et l’albâtre, Paris, Musées nationaux, 1922, no 285.
  • Hermann Bunjes, Die steinernen Altaraufsätze der hohen Gotik und der stand der gotischen Plastik in der Ile-de-France um 1300, thèse, Marbourg, 1937, p. 25.
  • Dominique Vermand, Plailly : église Saint-Martin, Poitiers, Monuments de l’Oise, 9, 2000, p. 13.

Index

Désignation : Retable
Matière : Calcaire
Technique : Sculpture
Sujets iconographiques : Annonciation ; Christ ; Nativité ; Sainte Élisabeth ; Sainte Élisabeth, mère de Jean le Baptiste ; Vierge ; Visitation
Période : 1er quart du XIVe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=90



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue