Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Saint-Jean-le-Rond

FNI 68

Chapiteau engagé

Paris, Saint-Jean-le-Rond, 1er quart xiiie siècle

Calcaire lutétien gravé
H. 24 ; L. 34 ; Pr. 23 cm


Historique

Provient de l’ébrasement droit du portail occidental de Saint-Jean-le-Rond. Trouvé lors des fouilles du parvis de Notre-Dame de Paris en 1998-1999. Attribué au musée de Cluny en 2007. Inventorié en 2009.


Commentaire

Dans une assise rectangulaire sont découpées deux corbeilles. La première, cylindrique, étroite, s’appuie sur un tronçon de colonnette par le biais d’un astragale en tore et d’un grain d’orge. Au premier registre, trois feuilles plates sont séparées par deux feuilles qui montent sous les angles et se retournent en crochets. La seconde, nettement plus large, très débordante et légèrement désaxée par rapport à l’assise, repose sur un astragale en tore en amande. Au premier registre, trois feuilles côtelées, qui se retournent en crochets, à deux nervures se rejoignant en triangle, séparent quatre grandes feuilles de même type, qui montent sous les angles du tailloir et se retournent en crochets. Les deux tailloirs sont proches, hexagonaux, moulurés d’un bandeau, d’une scotie, dune gorge et d’un tore.

L’épiderme de l’œuvre est très usé et aucun crochet n’est entièrement conservé.

Si le décor de feuilles plates sur deux registres est typique du gothique classique parisien, deux éléments originaux font le caractère particulièrement reconnaissable de ce chapiteau engagé et facilitent son attribution : le parti de la fine colonnette venant flanquer en second plan le chapiteau principal et le principe, non moins unique, du désaxement du chapiteau par rapport à son assise. Il s’agit manifestement d’un décor de portail, qui annonce par certains aspects le parti repris, un quart de siècle plus tard, par Pierre de Montreuil pour celui de la chapelle de la Vierge de Saint-Germain-des-Prés. Or ce parti, on le retrouve sur un tableau justement célèbre du maître de Saint-Gilles aujourd’hui à la National Gallery de Washington (inv. 1952.2.14) et représentant une Scène de la vie d’un évêque. Cette scène se tient devant la façade de Notre-Dame de Paris ou, à plus justement parler, devant celle de l’ancien baptistère, Saint-Jean-le-Rond, les portails du Couronnement et central se dessinant au second plan. Or dans l’ébrasement droit du portail de Saint-Jean-le-Rond, on retrouve justement une disposition identique, avec cette alternance de grand chapiteau légèrement désaxé pour laisser apercevoir la colonnette de l’arrière-plan. Étant donné le lieu de découverte de ce chapiteau, ce rapprochement permet d’en déterminer la provenance avec certitude.


Bibliographie

  • Inédit.

Index

Désignation : Chapiteau engagé
Matière : Calcaire lutétien
Technique : Sculpture
Motifs décoratifs : Feuilles côtelées ; Feuilles plates
Période : 1er quart du XIIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=636



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue