Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Notre-Dame de Paris, portail Saint-Étienne du bras sud du transept

Cl. 1513

Pierre de Montreuil
Mort en 1267

Apôtre ou saint

Paris, 1258-1265

Calcaire lutétien sculpté
H. 91 ; L. 42 ; Pr. 39 cm


Historique

Provient des piédroits ou des ébrasements du bras sud du transept de Notre-Dame de Paris. Mutilé et déposé en 1793. Trouvé en 1839 rue de la Santé à Paris. Dépôt lapidaire de la Ville de Paris. Inventorié en 1844.


Commentaire

Le destin de ce fragment sculpté est assez étonnant. Comme nombre d’autres statues-colonnes des bras nord et sud du transept de Notre-Dame de Paris, il fut réutilisé, après avoir été déposé et mutilé à la Révolution, pour borner le marché au charbon de la rue de la Santé, et déposé à cette date dans le dépôt lapidaire de la Ville de Paris, installé dans le frigidarium des thermes de Cluny. Il est en effet parfaitement identifiable sur un dessin de Pernot fait au moment de cette découverte (musée Carnavalet, D. 6452). Ces éléments furent, une première fois, inventoriés en 1844 sous le numéro Cl. 1513. Pour une raison inconnue, ce torse échappa tant à la réinscription à l’inventaire de 1912 qu’aux catalogues Du Sommerard, 1883, et Haraucourt et Montrémy, 1922. Ce n’est qu’en 1979 qu’il fut à nouveau identifié dans les réserves du musée. Par-delà les circonstances de sa découverte, le style ne laisse aucun doute sur sa provenance. Il s’agit de la partie basse d’un personnage drapé dans un manteau d’où dépasse, à senestre en bas, une partie de la robe dont les plis tuyautés prolongent ceux du manteau. A dextre, le drapé du manteau mélange quelques plis en cuiller avec des éléments froissés qui contribuent à lui donner du volume. Malgré l’évidente recherche de diversité dans les sculptures de Pierre de Montreuil au bras sud du transept, ces éléments se retrouvent de façon très proche, par exemple dans le Cl. 18653 pour l’agencement des plis du manteau et de la robe ou dans le Cl. 18648 pour le travail des plis du manteau, ce qui permet de l’attribuer avec certitude au décor du bras sud du transept. Il est en revanche impossible de déterminer, faute d’attribut ou de dessin précis du portail Saint-Étienne avant sa mutilation, s’il s’agissait ici de l’un des saints des piédroits ou de l’un des apôtres des ébrasements.


Bibliographie

  • Arthur Nouail de Lavillegille, Adrien de Longpérier et Gilbert, « Rapport sur les statues du Moyen Âge découvertes à Paris, rue de la Santé en décembre 1839 », Mémoires et dissertations sur les antiquités nationales et étrangères publiés par la Société royale des antiquaires de France, t. XV, 1840, p. 364-369.
  • Alain Erlande-Brandenburg, « Les sculptures de Notre-Dame de Paris découvertes en 1839 », Revue du Louvre, 1979, p. 87.
  • Alain Erlande-Brandenburg et Dominique Thibaudat, Les Sculptures de Notre-Dame de Paris au musée de Cluny, Paris, RMN, 1982, no 281.

Index

Désignation : Statue-colonne
Matière : Calcaire lutétien
Technique : Sculpture
Sujets iconographiques : Apôtre ; Saint, sainte ou bienheureux
Période : 3e quart du XIIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=49



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue