Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

France du Nord

Cl. 15428 et Collection Wasset, 10038

Vierge ou sainte

France du Nord, vers 1260-1270

Bois sculpté
H. 31,5 ; L. 9,5 ; Pr. 6,5 cm


Historique

Legs Wasset.

Études et restaurations

Suppression des mains (refaites) à une date impossible à déterminer.


Commentaire

Debout, la tête inclinée en avant, ce personnage féminin est vêtu d’une robe ample, bouffant par-dessus la ceinture qui souligne la taille, d’un manteau et d’un voile court d’où ne dépasse qu’une mince frange de cheveux. Le visage est rond et lisse, le nez court, la bouche étroite, les yeux en amande soulignés par une paupière inférieure pratiquement horizontale. Les plis, quasiment inexistants sur le torse, se développent en courbes parallèles, partant de senestre et aboutissant à dextre, en partie inférieure. Le manteau se froisse en de larges plis à becs ou cassés. Il est évident que, stylistiquement, cette petite sculpture subit l’influence du chantier de la Sainte-Chapelle. La position du visage rappelle celle de l’apôtre « mélancolique » ; les drapés, de même, avec leurs jeux d’opposition entre les formes, le torse à peine froissé, sont proches de ceux des apôtres. Quant au visage, il dérive de celui de la grande Vierge en ivoire de la Sainte-Chapelle (Paris, musée du Louvre, OA 57). Pour autant, quelques autres éléments rappellent davantage le chantier de la cathédrale d’Amiens (le voile, notamment) ou celui de la cathédrale de Reims (la position des bras, la robe bouffant sur la ceinture), et empêchent d’attribuer une origine précise à cette œuvre. L’iconographie n’est pas plus aisée à trancher. Elle fut considérée comme une Vierge lorsqu’elle était dans la collection Wasset et à son entrée dans les collections nationales, mais cette identification fut remise en cause par Haraucourt, Montrémy et Maillard, qui les premiers, semble-t-il, proposèrent d’y voir une sainte. Cette identification se fait définitive, dans les années 1980, lorsque la Réunion des musées nationaux en tire un moulage vendu sous le nom de Marie-Madeleine. Pour autant, la disposition des bras semble exclure cette dernière identification, qui ne correspond à aucune des iconographies traditionnelles de Marie-Madeleine. De fait, même si le rapprochement avec la façade occidentale de la cathédrale de Reims inciterait à pencher pour une Vierge d’annonciation, rien ne permet d’exclure qu’il s’agisse plutôt d’une sainte ayant perdu ses attributs.


Bibliographie

  • Edmond Haraucourt, François de Montrémy et Élisa Maillard, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue des bois sculptés et meubles, Paris, Musées nationaux, 1925, no 6.

Index

Désignation : Ronde-bosse
Matière : Bois
Technique : Sculpture
Sujets iconographiques : Sainte ; Vierge
Période : 3e quart du XIIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=38



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue