Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Empire byzantin

Cl. 18836 (Cl. 1456)

Corbeau ou modillon crucifère

Athènes, xe-xiiie siècle

Marbre
H. 17,8 ; L. 11,4 ; Pr. 29,6 cm


Historique

Proviendrait, selon la première mention à l’inventaire, d’une église d’Athènes, « près du monument de Lysicrate ». Donné par le baron Taylor au musée de Cluny en 1844. Réinventorié en 1912.


Commentaire

De forme prismatique, ce fragment architectural n’est sculpté que sur une de ses faces, inclinée d’environ 60° par rapport aux autres qui s’inscrivent dans un parallélépipède. Les arêtes en sont très érodées, ainsi que le décor sculpté en faible relief, un des angles ayant même disparu.

Le motif que porte la face principale est extrêmement simple : une croix latine, aux contours soulignés par une gorge peu profonde à l’intérieur, dont la base se développe en deux rinceaux à la palme largement ouverte et qui occupent l’espace sous les bras de la croix. De la croisée des bras partent quatre perles oblongues. Les angles supérieurs étaient occupés par deux fleurons, celui de senestre ayant aujourd’hui presque entièrement disparu. Comme le notait Jean-Pierre Caillet, il s’agit là d’un motif récurrent de l’art chrétien, dérivant de types hérités des religions méditerranéennes et qui, s’il tend à disparaître en Occident à la période romane, se maintient largement dans le monde byzantin. Ce motif se retrouve ainsi, dans un style proche, sur nombre d’abaques de chapiteaux, à l’église de la Vierge à Saint-Luc en Phocide1, à Saint-Nicolas-des-Champs en Béotie2, sur un linteau de Daphni et sur des corbeaux ou des modillons de Daphni et d’Agnandi, en Locride3, ou sur une plaque de chancel du musée byzantin d’Athènes4. Si cette dernière œuvre est probablement la plus proche dans l’organisation du motif, les fragments de Daphni et d’Agnandi présentent en revanche un parallèle intéressant quant à la forme et à la fonction et, eux aussi, devaient soutenir une corniche ou une arcature plaquée.

Le fait que l’on retrouve, sans variation stylistique fondamentale, des pièces de comparaison du milieu du xe siècle à la fin du xiiie siècle incite à rester extrêmement prudent dans les hypothèses de datation et à se contenter d’une fourchette chronologique large de quatre siècles.

1. Grabar, 1976, no 44.

2. Grabar, 1976, no 45 bis.

3. Grabar, 1976, no 49.

4. Grabar, 1976, no 89.


Bibliographie

  • Edmond Du Sommerard, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Hôtel de Cluny, 1883, no 416, p. 39.
  • Edmond Haraucourt et François de Montrémy, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue général, t. I, La pierre, le marbre et l’albâtre, Paris, Musées nationaux, 1922, no 616.
  • Jean-Pierre Caillet, L’Antiquité classique, le haut Moyen Âge et Byzance au musée de Cluny, Paris, RMN, 1985, no 25, p. 76.
  • Xavier Dectot, Musée national du Moyen Âge – Thermes de Cluny, Catalogue, Sculptures des xie-xiie siècles. Roman et premier art gothique, Paris, RMN, 2005, no 199.
  • André Grabar, Sculptures byzantines du Moyen Âge, t. II, xie-xive siècle, Paris, Picard, 1976.

Index

Désignations : Corbeau ; Modillon
Matière : Marbre
Technique : Sculpture
Motifs décoratifs : Croix ; Rinceau
Périodes : Xe siècle ou XIe siècle ou XIIe siècle ou XIIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=1199



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue