Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Catalogne

Cl. 19004 (Cl. 10759)

Chapiteau : lions affrontés

Saint-Pierre-de-Rodes (Catalogne), fin du xiie siècle

Calcaire
H. 37 ; L. 27,5 ; Pr. 27 cm


Historique

Acquis par le musée de Cluny de Stanislas Baron, antiquaire, en 1881. Réinventorié en 1912.

Études et restaurations

Restauration par Gérald Pestmal en 1984.


Commentaire

Sur un astragale formé par un tore épais, une corbeille, circulaire à la base, s’évase pour former un carré supportant l’abaque, nu et fortement échancré, avec un dé saillant au milieu de chaque face. Sous les angles, de larges volutes, ornées de points en creux, se rejoignent, tandis que sous le dé saillant, trois des faces présentent une petite tête humaine, la quatrième, un double ruban terminé par une feuille large et épaisse, l’ensemble faisant dériver ce chapiteau du corinthien classique. Sur la corbeille, quatre groupes de lions à double corps, mais à une seule tête aux oreilles pointues, sont représentés de profil. Leur longue crinière, formée de petites mèches, descend jusque sur les flancs, et leurs pattes aux longues griffes sont accrochées à l’astragale. Celui-ci est brisé en un endroit, un des couples de lions a perdu son mufle et un autre l’ensemble de sa tête.

Xavier Barral a montré de façon convaincante les liens existant entre ce chapiteau et ceux conservés dans l’église des Carmes du château de Perelada, qui proviennent de Saint-Pierre-de-Rodes, probablement de l’un des cloîtres. Parmi des chapiteaux aux caractéristiques formelles proches de celles du chapiteau du musée, on en trouve un quasiment identique à celui-ci, sinon que les lions y sont ailés, dans le même matériau et les mêmes dimensions. Ainsi est-il possible d’affirmer que le chapiteau du musée, dont l’iconographie est très fréquente dans l’art roman, provient, lui aussi, de Saint-Pierre-de-Rodes et, par comparaison, d’exclure qu’il en aille de même des autres chapiteaux acquis de Stanislas Baron.


Bibliographie

  • Edmond Haraucourt et François de Montrémy, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue général, t. I, La pierre, le marbre et l’albâtre, Paris, Musées nationaux, 1922, no 126.
  • Francis Salet, « Chapiteaux catalans conservés au musée de Cluny », dans Congrès archéologique de France, t. 117, Catalogne, 1959, p. 225-228.
  • Xavier Barral i Altet, « Un chapiteau roman de Saint-Pierre de Rodes au musée de Cluny », Bulletin monumental, t. 133, 1975, p. 321-325.
  • Immaculada Lorés i Otzet, El claustre romànic de Sant Pere de Rodes: de la memòria a les restes conservades. Una hipòtesi sobre la seva composició escultòrica, Lérida, Universitat de Lleida, 1994, p. 91.
  • Xavier Dectot, Musée national du Moyen Âge – Thermes de Cluny, Catalogue, Sculptures des xie-xiie siècles. Roman et premier art gothique, Paris, RMN, 2005, no 195.

Index

Désignation : Chapiteau
Matière : Calcaire
Technique : Sculpture
Sujets iconographiques : Homme ; Lion
Période : 3e quart du XIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=1195



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue