Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Île-de-France

Cl. 19071 (Cl. 1631)

Nœud de croix

Champeaux (Seine-et-Marne), 2e moitié du xiie et milieu du xiiie siècle

Calcaire
H. 34 ; L. 32 ; Pr. 15 cm


Historique

Provient de la place du village de Champeaux. Affecté au musée de Cluny et inventorié en 1847, réinventorié en 1912.


Commentaire

Les bras de la croix se rejoignent en un arrondi approximatif, formé d’une succession de pans coupés irréguliers. D’un côté, un grain d’orge partant de chaque extrémité des bras se creuse, dégageant un espace central en losange où vient s’inscrire une figuration traditionnelle de la dextra Domini : une main, paume tournée vers l’extérieur, le pouce et deux doigts dressés à la verticale, en signe de bénédiction. Au revers, entre deux renflements ponctuant les bras horizontaux, une figure debout occupe toute la hauteur du bloc. Vêtue d’une robe dégageant le cou, elle joint ses deux mains sur la poitrine pour retenir la cordelière de son manteau. Sous une coiffe qui semble être un touret poursuivi par un voile, deux boucles s’échappent de part et d’autre du visage. La pierre, très usée, est pulvérulente et présente de nombreuses épaufrures.

Le style, extrêmement fruste, pose des problèmes de datation. Dans une agglomération qui s’est développée autour d’une collégiale placée sous protection royale, il ne peut que surprendre par sa déconnexion d’avec la production artistique de l’époque. Néanmoins, et malgré la conviction d’Anne Pingeot, il semble que le vêtement, mais aussi le travail des yeux, assez profondément enfoncés dans leurs orbites, plaident pour une datation du personnage assez tard dans le xiiie siècle, probablement après 1250. En revanche, le style de l’autre face, le traitement assez stylisé de la dextra Domini et la facture du grain d’orge font pencher en faveur d’une date antérieure, dans la seconde moitié du xiie siècle. La maladresse de l’inscription du personnage dans le nœud de croix, la différence dans les répertoires décoratifs entre l’avers et le revers semblent pouvoir indiquer que le second n’a été sculpté que dans un deuxième temps, seule la face portant la dextra Domini ayant dans un premier temps reçu un décor.


Bibliographie

  • Edmond Du Sommerard, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Hôtel de Cluny, 1883, no 300, p. 28.
  • Edmond Haraucourt et François de Montrémy, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue général, t. I, La pierre, le marbre et l’albâtre, Paris, Musées nationaux, 1922, no 165.
  • Anne Pingeot, La Sculpture décorative sur pierre de 1137 à 1314 déposée au musée de Cluny, thèse de doctorat, École du Louvre, dactylographié, 1974, p. 338.
  • Xavier Dectot, Musée national du Moyen Âge – Thermes de Cluny, Catalogue, Sculptures des xie-xiie siècles. Roman et premier art gothique, Paris, RMN, 2005, no 137.

Index

Désignation : Nœud de Croix
Matière : Calcaire lutétien
Technique : Sculpture
Sujets iconographiques : Dextra Domini ; Homme
Période : 2e moitié du XIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=1137



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue