Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Faux et copies

Cl. 18969 (Cl. 11884;Cl. 12697)

Clef de voûte

Paris, xixe siècle

Calcaire sculpté
H. 43 ; L. 81,5 ; Pr. 81,5 cm


Historique

Versement des Chantiers de Saint-Denis. Attribuée au musée de Cluny en 1888. Inventoriée en 1888, 1891 et 1912.


Commentaire

À la croisée de deux nervures, profilées de deux tores épais séparés par un double chanfrein, s’épanouit une couronne tournoyante de sept feuilles à six lobes, rappelant de loin le chêne autour d’un espace central vide. Dans chacun des angles formés par l’intersection des nervures se tient une tête monstrueuse, les oreilles pointues, le nez épais et retroussé, de grosses lèvres ouvertes sur des dents pointues et une langue saillante, les cheveux formant des boucles épaisses.

À son entrée dans les collections, en 1888, l’œuvre est attribuée à Notre-Dame de Paris, attribution abandonnée en 1891 (et qui n’avait, à vrai dire, pas grand sens pour une œuvre provenant des Chantiers de Saint-Denis) et que l’on ne retrouve ni dans l’inventaire de 1912, ni dans Haraucourt et Montrémy, 1922, qui la placent autour de 1200. Et il est vrai que certains éléments, notamment le profil assez lourd des nervures ou le goût pour le décor fantastique, rappellent le tournant des xiie et xiiie siècles. Mais la forme des feuilles n’est pas concevable avant la deuxième moitié du xiiie siècle. Anne Pingeot suggéra la première que cette œuvre puisse être un pastiche du xixe siècle, sans toutefois oser franchir définitivement le pas. Pourtant, outre les éléments qu’elle pointe, la sécheresse du travail des feuilles ou l’épaisseur de celle des masques, d’autres points ne laissent guère de doute : le caractère composite de l’œuvre, dont certains éléments auraient été très archaïques au moment de sa réalisation, tout d’abord, mais aussi le travail des masques. Car si ces visages, avec leurs boucles épaisses, leurs lèvres larges et leurs oreilles pointues, appartiennent bien à un certain goût « gothique », c’est en fait de celui du xixe siècle qu’il s’agit. À ce titre, la comparaison entre ces masques et certaines des gargouilles ou des figures monstrueuses ajoutées par Viollet-le-Duc dans les parties hautes de Notre-Dame de Paris ne laisse guère de doute.


Bibliographie

  • Edmond Haraucourt et François de Montrémy, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue général, t. I, La pierre, le marbre et l’albâtre, Paris, Musées nationaux, 1922, no 1969.
  • Anne Pingeot, La Sculpture décorative sur pierre de 1137 à 1314 déposée au musée de Cluny, thèse de doctorat, École du Louvre, dactylographié, 1974, p. 260.

Index

Désignation : Clef de voûte
Matière : Calcaire
Technique : Sculpture
Sujet iconographique : Animal fantastique
Motif décoratif : Chêne
Période : XIXe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=110



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Catalogue