Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Saint-Jacques-de-l’Hôpital

Cl. 18756 (Cl. 2098)

Robert de Lannoy
Mentionné de 1313 à 1348, mort avant 1356

Saint Jacques le Majeur

Paris, Saint-Jacques-de-l’Hôpital, 1326-1327

Calcaire lutétien sculpté
H. 175 ; L. 58 ; Pr. 33 cm


Historique

Découvert en avril 1840 lors de fouilles préliminaires à la construction d’un immeuble à l’angle des rues Saint-Denis et Mauconseil, à Paris. Collection Pommateau. Inventorié en 1852 puis en 1912.

Études et restaurations

Analyse de la pierre en 1997 par Annie Blanc (calcaire lutétien parisien). Analyse de la pierre par neutroactivation par le Brookhaven National Laboratory en 1997 (calcaire lutétien de composition proche de celui utilisé à Saint-Martin-des-Champs). Nettoyage par Hélène Gruau, 1998.


Commentaire

L’apôtre, identifiable à la coquille qui timbre sa besace, portée sur la hanche dextre, se tient debout, le corps dans une position frontale tempérée par la tête, tournée légèrement à dextre, probablement parce qu’elle regardait le Christ. Le visage, aux traits fins et réguliers, est encadré de cheveux travaillés en longues mèches ondulant librement et d’une barbe coupée court. Le drapé oppose les plis tuyautés de la robe et ceux en cuiller, parfois largement creusés, du manteau, dont le pan dextre, pendant de l’épaule, est ramené sur le bras gauche et occupe tout une partie du corps, du torse aux hanches, à la manière d’un tablier. Les épaules étroites, un peu arquées, le corps que l’on sent grêle au niveau du torse, même si le drapé le cache pour les parties basses, le hanchement à peine perceptible, tout concourt ici à faire de cette sculpture comme des autres apôtres de Saint-Jacques-de-l’Hôpital des témoignages essentiels du nouveau goût du début du xive siècle, à la fois fidèle dans ses structures générales à un certain souvenir de la grande sculpture des années 1240-1250, et en même temps marqué par une certaine préciosité.

Si, comme l’avait déjà noté Françoise Baron, 1975, il est illusoire de vouloir distinguer les statues réalisées dans l’une ou l’autre des campagnes de Robert de Lannoy, l’iconographie permet ici d’attribuer l’apôtre à la campagne de 1326-1327, pour laquelle il est explicitement cité.

Les avant-bras sont tranchés au niveau des coudes et les pieds ont disparu. L’inhumation n’a laissé subsister aucune trace de polychromie.


Bibliographie

  • .
  • .
  • .
  • no 242.
  • .
  • no 252.
  • p. 93-98.
  • p. 182.
  • p. 41-46.
  • .
  • p. 137-138.
  • p. 67-68.
  • no 165.
  • p. 324.
  • 2003, p. 95.
  • p. 13.
  • p. 122.

Exposition

  • , p. 52-53.

Index

Désignation : Ronde-bosse
Matière : Calcaire lutétien
Technique : Sculpture
Sujets iconographiques : Saint Jacques le Majeur ; Saint Jacques le Majeur apôtre
Période : 1er quart du XIVe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=91



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Index | Liste de résultats