Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Saint-Martin-des-Champs

Cl. 18672 (Cl. 12608)

Fragment de rosace

Paris, Saint-Martin-des-Champs, vers 1230

Calcaire lutétien sculpté
H. 75 ; L. 96,5 ; Pr. 24 cm


Historique

Pignon occidental de Saint-Martin-des-Champs. Dépôt lapidaire de la Ville de Paris (?). Attribué au musée de Cluny en 1843 (?). Inventorié en 1891 comme trouvé en magasin, puis en 1912 comme provenant de la Sainte-Chapelle de Paris.

Études et restaurations

Constat d’état par Laurence Labbe en 1996.


Commentaire

Cette assise venait s’inscrire dans l’angle inférieur gauche d’une rosace. En partie basse, elle prend la forme d’un triangle aux bords arrondis, recreusé d’un triangle identique, au fond plat. Au-dessus, un tore disposé en arc de cercle supporte deux lobes terminés par des fleurons formés par des feuilles épaisses se recourbant en crochets et adossées à des grelots. Comme le notait Pingeot, 1974, l’attribution à la Sainte-Chapelle n’est pas tenable. Outre les problèmes de dimension et d’implantation dans le bâtiment, le style permet d’exclure cette attribution : ce type de fleuron un peu lourd, un peu épais, appartient à une époque antérieure de l’art gothique, et ne serait guère envisageable dans un monument qui apparaît comme l’un des manifestes de l’attention à la nature des années 1240.

Qui plus est, le rapprochement qu’effectue Pingeot, 1974 avec la rose du pignon occidental de Saint-Martin-des-Champs mérite d’être poursuivi. En effet, le dépôt lapidaire de la Ville de Paris puis le musée de Cluny recueillirent la plupart des éléments déposés par Vaudoyer lors de ses restaurations, et la comparaison entre les éléments déposés et les copies que ce dernier a mises en place, comme l’examen d’un modillon fabriqué dans le cadre de ces restaurations et déposé au musée de Cluny (RF 1124 e, Dectot, 2005, no 212) montrent qu’il fit réaliser des copies fidèles des éléments qu’il déposait. Or les rapprochements entre la rose actuelle et l’assise du musée de Cluny sont suffisamment frappants pour que l’on puisse donner Saint-Martin-des-Champs comme origine probable à ce fragment.

Ce fragment a échappé au catalogue Haraucourt et Montrémy, 1922.


Bibliographie

  • Edmond Du Sommerard, Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny. Catalogue et description des objets d’art de l’Antiquité, du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, Hôtel de Cluny, 1883, no 85.
  • Anne Pingeot, La Sculpture décorative sur pierre de 1137 à 1314 déposée au musée de Cluny, thèse de doctorat, École du Louvre, dactylographié, 1974, p. 158.

Exposition

  • Paris, ville rayonnante, Paris, musée de Cluny, 2010, no 162.

Index

Désignation : Rose
Matière : Calcaire lutétien
Technique : Sculpture
Motif décoratif : Feuilles
Période : 2e quart du XIIIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=70



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Index | Liste de résultats