Contenu Menu Aide et Accessibilité

Réunion des Musées nationaux - Grand Palais - Catalogue des collections
Musée national du Moyen Age, Thermes et Hôtel de Cluny, Paris

Les catalogues raisonnés

Sculptures des XIe-XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny

Saint-Germain-des-Prés, nef

Cl. 18616 (Cl. 1507)

Chapiteau adossé à décor d’entrelacs

Paris, Saint-Germain-des-Prés, vers 1030-1040

Calcaire lutétien
H. 79 ; L. 62 ; Pr. 42 cm


Historique

Provient de la nef de l’église Saint-Germain-des-Prés. Déposé lors de la restauration de l’abbatiale par Godde en 1820. Dépôt lapidaire des Thermes. Affecté au musée de Cluny en 1843. Inventorié en 1844, réinventorié en 1912.

Études et restaurations

Étude des altérations de la pierre par C. Jaton et G. Orial pour le Laboratoire de recherche des monuments historiques en 1975. Étude des altérations de la pierre par Patrick Ausset et Jacques Philippon pour l’Institut français de restauration des œuvres d’art en 1983. Restauration par Ottorino Nonfarmale en 1984-1985. Analyse de la pierre par le Brookhaven National Laboratory Associated Universities inc. en 1995.


Commentaire

Sur un astragale en tore, la corbeille, circulaire à la base, s’évase pour former un rectangle. Sur deux registres superposés s’étend un décor de rinceaux, formés de deux brins séparés par une gorge, qui dessinent des entrelacs sur toute la surface des panneaux, s’épanouissant en palmettes à l’aplomb des angles. Ce chapiteau est très usé, notamment dans sa partie supérieure, ce qui cause la perte d’une partie du décor des panneaux et des éléments destinés à recevoir le tailloir, mais rend aussi le décor difficilement lisible sur les parties conservées.

Les chapiteaux à décor végétal de la nef de Saint-Germain-des-Prés relèvent d’une tout autre production que ceux à décors figurés. Œuvre d’un troisième atelier, ils ont été réalisés, comme l’a montré l’analyse menée en 1995 par le Brookhaven National Laboratory de New York, dans une pierre différente de celle des autres chapiteaux. Le décor géométrique ou végétal assez simple peut être rapproché tant des chapiteaux normands que de certains chapiteaux parisiens légèrement plus tardifs, tels ceux du clocher de Saint-Martin-des-Champs, mais aussi du tau, datable du début du xie siècle, trouvé dans la tombe de l’abbé Morard, à Saint-Germain-des-Prés (voir la figure ci-contre).


Bibliographie

  • no 29, p. 5.
  • no 25.
  • p. 51-52 et 66-67.
  • .
  • .
  • p. 53-66.
  • .
  • .
  • no 5.

Index

Désignation : Chapiteau
Matière : Calcaire lutétien
Technique : Sculpture
Motif décoratif : Entrelacs
Période : 2e quart du XIe siècle


Permalien pour cette notice

http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=1005



Xavier Dectot

© Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2011 ; mise à jour : mai 2016

Tau provenant de la tombe supposée de l’abbé Morard. Musée national du Moyen Âge, Cl. 1943. © RMN-GP - Droits réservés
Tau provenant de la tombe supposée de l’abbé Morard. Musée national du Moyen Âge, Cl. 1943. © RMN-GP - Droits réservés

Index | Liste de résultats